Switch Language

Fièvre

La température corporelle d’une personne en bonne santé se situe entre 36,5 et 37 degrés Celsius. La valeur ne dépend pas de facteurs extérieurs et reste généralement constante. Si la température augmente, cela constitue le plus souvent le signe d’une infection, par exemple par des virus grippaux: en cas de grippe, une forte fièvre est un symptôme typique. En cas de refroidissement, on peut constater une faible fièvre. 

Les facteurs à l’origine d’une température accrue ou d’une fièvre ne sont pas les agents pathogènes eux-mêmes, mais les défenses immunitaires propres à l’organisme – comme c’est le cas pour les autres symptômes liés aux infections des voies respiratoires. 

La fièvre attise les défenses immunitaires

Les pyrogènes (du grec pyr = feu) constituent l’un des outils du système immunitaire dans sa lutte contre les virus et les bactéries. Ils «alimentent» la réaction inflammatoire et peuvent également faire monter la température corporelle. 

D’une part, la fièvre inhibe alors la propagation des agents pathogènes (p. ex. virus de la grippe ou responsables d’un refroidissement) et d’autre part, la chaleur favorise les défenses immunitaires. 

Prise de température: il est important de faire des contrôles

L’augmentation de la température est donc initialement une mesure utile. Toutefois, si la fièvre augmente trop ou perdure trop longtemps, cela peut aussi être dangereux pour l’organisme. En cas d’infections sévères, p. ex. en cas de grippe, il est donc important de contrôler régulièrement la fièvre. 

La méthode de mesure rectale donne les résultats les plus précis, mais n’est pas très agréable. Le thermomètre buccal (sous la langue), dans l’oreille ou sous l’aisselle suffit néanmoins pour l’usage domestique afin de contrôler l’évolution de la température.

Température élevée – ou fièvre?

Plusieurs niveaux sont définis en médecine pour l’augmentation de la température corporelle:

 

Température corporelle (en °C)    
36,5 à 37,4 Température corporelle normale
37,5 à 38 Température élevée ou subfébrile
38,1 à 38,5 Faible fièvre Fièvre
38,6 à 39 Fièvre modérée
39,1 à 39,9 Forte fièvre
40,0 à 42,0 Très forte fièvre

Quand faut-il faire baisser la fièvre?

La plupart du temps, le système immunitaire régule de lui-même la fièvre et la fait baisser dès que les virus sont maîtrisés. La prudence est de rigueur si la fièvre monte à 39 °C ou plus et dure pendant plusieurs jours, car une température corporelle élevée sollicite le cœur et la circulation. 

Des médicaments antipyrétiques ne peuvent pas nuire – voire peuvent être utiles – afin que la réaction immunitaire ne devienne pas elle-même un risque.