Switch Language

Toux et maux de gorge

Les virus responsables de la grippe et des refroidissements sont transmis par des gouttelettes: lorsqu’une personne infectée parle, tousse ou éternue, ils passent dans l’air ambiant et sont inspirés par leur prochaine «victime». Les muqueuses de la gorge sont donc en première ligne: la gorge picote. 

Le corps se défend – par une inflammation

Le «picotement» typique signifie que le corps a remarqué la présence des virus et commencé à prendre des mesures défensives. Le système immunitaire déclenche un processus inflammatoire:  les muqueuses de la gorge rougissent et gonflent. Le picotement dans la gorge se transforme en douleurs. A cela s’ajoutent souvent des troubles de la déglutition et parfois, une perte de la voix. 

On distingue trois tableaux cliniques en fonction de la localisation de l’inflammation dans la gorge: 

Inflammation du pharynx (pharyngite) Picotement de la gorge, maux de gorge
Inflammation du larynx (laryngite) Enrouement, perte de voix
Inflammation des amygdales (amygdalite) Maux de gorge sévères, se diffusant parfois jusqu’aux oreilles

 

Ces inflammations et leurs symptômes typiques peuvent également survenir de manière concomitante. 

Toux – un réflexe protecteur

Les maux de gorge vont souvent de pair avec la toux. La toux est un réflexe de défense: elle est déclenchée lorsque les récepteurs dans les muqueuses (notamment dans la trachée et les bronches) sont irrités. 

Le flux d’air important au moment de la toux vise à expulser les corps étrangers, les germes et le mucus et à libérer les voies respiratoires – la vitesse de l’air peut atteindre jusqu’à 1000 km/h lorsque l’on tousse.

Une toux productive libère les voies respiratoires

En cas d’infection les récepteurs de la toux sont irrités à la fois par l’inflammation des muqueuses, mais aussi par les mucosités qui bloquent les voies respiratoires et leurs mécanismes de nettoyage (cils).

Mais la toux n’apporte pas toujours un soulagement:  

  • En cas de toux sèche (non productive) – ou toux irritative – le réflexe est déclenché mais ne dégage pas les voies respiratoires. 
  • Une toux grasse (productive) permet en revanche de transporter le mucus détaché hors des bronches. 

La toux est très fatigante, notamment lorsque l’organisme est déjà affaibli par l’infection. En cas de toux sèche qui ne permet pas d’expulser le mucus hors des voies respiratoires, il peut être pertinent de bloquer temporairement le réflexe de toux par un antitussif.